Ministère de la Jeunesse, de l’Emploi et de la construction citoyenne
User warning: The following module is missing from the file system: jquery_update. For information about how to fix this, see the documentation page. in _drupal_trigger_error_with_delayed_logging() (line 1143 of /var/www/jeunessesite/includes/bootstrap.inc).

Le COORDONNATEUR

Monsieur Jean-Pierre SENGHOR

CONTEXTE

Le Sénégal, à l’instar des pays en voie de développement est confronté à une crise de l’emploi qui touche surtout les femmes, les jeunes et les diplômés. En 2011, le pays comptait 461 000 demandeurs d’emplois et 32,0 %  des actifs occupés étaient sous-employés. Les jeunes représentent 36,5% de la population totale active et leur  taux de chômage est de 12,7 %. Face à cette situation, les pouvoirs publics comptent sur le développement du secteur primaire et l’agriculture pour trouver des solutions à ce problème. 

En effet, quoique le secteur agricole au sens large (agriculture, élevage, forêt et pêche) contribue de façon relativement faible au PIB (de l’ordre de 2,9 %  en 2011)  il octroie pour  54 % de la population, de l’emploi et des revenus. Plusieurs tentatives de relance du gouvernement pour son développement, n’ont pas jusqu’ici abouti à des résultats escomptés. La production agricole ne couvre en moyenne que 52 % des besoins alimentaires de base alors que le secteur devrait jouer le rôle primordial dans la lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté.

 

Une analyse approfondie de cette situation a abouti à la prise de conscience que pour booster le secteur, l’Etat devrait adopter un programme permettant entre autres, la réalisation d’infrastructures structurantes et des équipements agricoles tout en facilitant l’accès au financement aux exploitants. L’agrégation de toutes ces compétences, accompagnée d’une bonne politique de création de jeunes entrepreneurs (ses) agricoles est une voie sûre d’augmentation de la productivité et par voie de conséquence, la croissance économique du Pays. C’est dans cette perspective que le Ministère de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Promotion des Valeurs Civiques a convenu d’élaborer pour le Gouvernement du Sénégal, le présent Programme de Développement de Domaines Agricoles Communautaires (ProDAC) pour la période 2014-2019.

Le but du ProDAC est de contribuer à la réduction de la précarité sociale en milieu rural par la promotion de l’entreprenariat agricole des jeunes et des femmes. A cet effet, il sera question d’aménager de vastes étendues de terres et de les doter d’infrastructures structurantes, permettant aux  bénéficiaires de produire en continue. L’innovation majeure est le développement d’une approche filière tant végétale qu’animale sur toute la chaine de valeur et de métiers apparentés in situ afin de créer beaucoup plus d’emplois et de richesses.

 

MISSION

 

Le PRODAC a pour but de Contribuer à la réduction de la précarité sociale en milieu rural par la promotion de l’entreprenariat agricole des jeunes.

Dans ce sens, il doit créer en milieu rural les conditions favorables à l’investissement privé. Il s’agit de doter l’intérieur du pays, d’infrastructures agricoles et d’aménagements structurants permettant la mise en valeurs de grands domaines allant de 1000 à 5 000 ha d’un seul tenant.

Les DAC seront de véritables agropoles : lieu d’insertion de jeunes diplômés d’écoles de formation aux métiers de l’agriculture et disciplines connexes, mais également de promoteurs privés désireux d’investir le secteur aussi bien dans ses activités de production que dans celles de transformation et de services.

Le programme consiste à aménager de vastes étendues de terres et de les doter d’infrastructures de qualité, permettant aux jeunes, en particulier, de s’adonner à des activités économiques en continu (production végétale, animale, aquacole, transformation, services, mise en marché).

Le  Programme des  Domaines Agricoles Communautaires vise à créer plus de  300 000 emplois d’ici à 5 ans.

 

ACTIVITES

1-DAC en cours de réalisation

 

Séfa

Le DAC de Séfa est à cheval sur les communes de Diendé et de Koussy situé dans la région de Sédhiou. Le DAC couvre une superficie de deux mille (2.000) hectares qui ont fait l’objet de délibérations par les dites communes et approuvées par le Sous-préfet. Les activités ont démarré depuis août 2014 avec des activités agricoles. La production de maïs a été jusqu’ici l’activité phare. Le forage, en cours de réalisation, les bassins piscicoles, la station d’essai et les unités autonomes délimitées, feront de ce DAC un « hup » de la production de semences.

Itato

C’est entre les collines de Bandafassi et les chutes de Dindifélo que le DAC d’Itato est sortie des terres, avec la première station piscicole du Sénégal. Le maraichage complète la chaine de production sur une superficie de plus de dix hectares. Itato se trouve dans la région de Kédougou. Ce domaine agricole communautaire dispose d’une délibération sur mille (1.000) hectares votée par le conseil communal de Bandafassi. Les activités ont démarrés en 2014, et les populations viennent de savourer les premières récoltes de poisson vendues sur le marché.

 

Keur Samba Kane (KSK) ou Car-Car

Keur Samba Kane est une commune au cœur du Baol dans le département de Bambey. C’est dans la vallée de Car-Car que se développeront les activités piscicoles, d’élevage (bovins, ovins et volailles) et de maraichage. Ce DAC dénommé la « richesse du Baol » couvre une superficie de mille (1.000) hectares qui vont permettre à plus de 15.000 jeunes des (- villages polarisés, à trouver du travail. Ce DAC de la région de Diourbel est à cheval entre le grand marché consommation de la ville sainte de Touba et Dakar. La production maraichère sera mise en avant dans la zone.

Keur Momar Sarr (KMS)

Ce domaine agricole communautaire est hors norme avec six (6.000) hectares délibérés par quatre communes de cet arrondissement qui porte le nom du DAC : Keur Momar Sarr. Les collectivités locales de Syer, Nguer Malal, Gangué et de Keur Momar Sarr ont mutualisé leur force pour sortir la zone Sylvo-pastorale de son sous-développement et d’insécurité alimentaire. Le DAC a la vocation de lutter contre la transhumance et de l’exode rural. Le Lac de Guiers permettra de développer une production végétale avec la disponibilité de l’eau.

2-Perspectives 2016 : 6 nouveaux DAC

Médina Yoro Foulah (Région de Kolda)

Mille cinq cent (1.500) hectares sont affectés par la commune de Fafacourou pour ce DAC qui en plus du désenclavement de ce département, va permettre de réhabiliter l’agriculture et l’élevage en perte de croissance.

 

Terres Neuves (Région de Kaffrine)

La commune de Boulèl  a délibéré deux (2.000) hectares pour la mise en valeur de ces terres abandonnées depuis l’indépendance. Les terres Neuves ont été un projet des colons pour développer la culture de l’arachide.

 

Dodji (Région de Louga)

Le Djolof est devenu une zone exclusivement d’élevage mais qui connait des difficultés d’accès à l’eau et au pâturage. Le DAC va répondre à la problématique de l’emploi des jeunes et à l’aménagement d’infrastructures structurantes permettant de développer des activités économiques fiables et rentables.

 

Wack Ngouna (Région de Kaolack)

Les communes de Wack Ngouna et de Keur Maba Diakhou ont prévu des délibérations de mille sept cent cinquante (1.750) hectares.

Niani (Région de Tambacounda)

Le Niani est ce vaste de terroir de forêt qui a presque disparu. La déforestation a eu pour conséquence une baisse des rendements pour les producteurs. La seule alternative pour les jeunes c’était l’exode rural à défaut de trouver des pirogues pour l’émigration clandestine.

Niombato (Région de Fatick)

Il sera aménagé dans la commune de Keur Saloum Diané sur mille (1.000) hectares.

 

 

COMMENT INTEGRER UN DAC ?

  1. Je suis jeune avec expérience et connaissance dans la chaine de valeur agricole

 

 

Faites une demande d’intégration à un DAC comme :

- Sociétaire d’un GEA de production (végétale, animale, etc.) ; de transformation ; de conditionnement ; de prestation de services agricoles ; de mise en marché ; etc.

- Sociétaire d’un GEA d’appui/conseil en production, management et/ou entreprenariat.

 

2-Je suis jeune sans expérience ni connaissance dans la chaine de valeur agricole

Faite une demande d’intégration à un DAC comme incubé d’un sociétaire de GEA pour acquérir le savoir-faire (learning by doing) dans la maitrise du métier (technique, managérial, entrepreneurial, etc.).

 

3- Je suis promoteur et souhaite investir dans le Dac, quelle est la démarche à suivre ?

Présentez votre plan d’affaires et une demande précisant la superficie souhaitée ainsi que le Dac ciblé. Si votre projet répond aux critères de production du Dac, vous pourriez bénéficier d’une attribution de parcelle.

Pour en savoir plus voir site web : www.prodac.sn

 

Adresse : Sacré coeur 3, Pyrotechnie, Villa N°06

Telephone: (+221) 33 - 824 -29- 13
E-mail:
prodac@prodac.sn